Toutes les infos sur l'IVG dont vous avez besoin : médicales, psychologiques, juridiques ou sociales.

Dorine 33 ans


DORINE 33 ans. Enceinte à 31 ans, j'ai dû prendre une décision car le futur papa ne parlait que d'IVG !.. J'étais perdue,terrifiée à l'idée de prendre la mauvaise décision. 
Et puis, lors de l'échographie, j'ai vu ce petit bébé qui grandissait en moi et surtout, j'ai entendu son coeur battre. 
Ce bruit m'a hanté les jours qui ont suivi. J'avais promis à mon ami de consulter le médecin et psychologue du centre de plannification ( il parait que ceux ci m'auraient convaincu qu'avorter n'était pas si difficile et que j'aurais oublié cet épisode dans ma vie très rapidement).
Je suis arrivée à l'hôpital , je n'ai pas pu continuer. Je tremblais, je me dégoûtais de me trouver là. Pourtant c'était juste une consultation pour m'informer et non pas pour passer à l'acte. J'ai fait demi tour et je suis allée dans un magasin acheter le premier vêtement de mon futur bébé, et cela m'a fait un bien fou. 
Au final, je n'ai pas eu le "courage" d'avorter (du moins c'est ce que je me disais à ce moment là lorsque mon ex ami, furieux, me disait que j'étais trop faible et qu'il fallait que je retrouve rapidement la raison...) 
Je réalise que j'ai pris la meilleure décision de ma vie. Mon bébé, cette force qui se développait en moi, m'a donné le courage de suivre mon instinct et mon coeur. J'ai tout quitté pour ce bébé (je travaillais à l'étranger et dû rentrer en France où je n'avais plus de situation, plus de sécurité sociale, plus d'appartement)... 
J'ai recommencé à zéro. 
Aujourd'hui, je suis sûre d'une chose: un homme ne peut pas comprendre le lien qui nous unit à ce petit être ! Dès les premières semaines , j'ai ressenti de l'amour pour ce bébé qui était au chaud dans mon ventre !
Avorter ce n'est pas juste avaler une pilule et hop en quelques minutes il n'existe plus... Avorter peut être la cause d'une véritable souffrance physique et mentale lorsqu'au fond de soi on n'est pas sûre d'avoir envie de le faire .
Par contre je sais que mon bébé est ce qui est arrivé de mieux dans ma vie... J'espère que mon témoignage pourra aider les femmes dans ce type de situation. Ne vous laissez pas influencer par votre entourage. En effet, ce type de décision se prend à deux en général. Votre conjoint a son mot à dire mais vous aussi vous avez un choix à faire, le choix final. Si vous n'êtes pas d'accord avec lui, ne vous laissez pas influencer, ne subissez pas cela sans broncher. J'ai lu de nombreux témoignages bouleversants à ce sujet. Soyez en accord avec vous même.

Mots clés: 
Type de témoignage: