Toutes les infos sur l'IVG dont vous avez besoin : médicales, psychologiques, juridiques ou sociales.

Claire 33 ans, ivg a 31 ans


 

Je peux dire qu'aujourd'hui je suis une mère criminelle avec la complicité de l'état! En février 2012, j’apprends que je suis enceinte de 5 semaines.

J'ai à l'époque une petite fille de 3 ans, (5 ans aujourd'hui). Je suis dans la difficulté financière. Mon conjoint et moi même nous ne nous en sortons pas. Dettes, factures qui s’accumulent, huissiers.

Je pense à l'IVG par peur de ne pouvoir élever cet enfant dans de bonne condition. Je ferai donc cet IVG courant février 2012. J'ai senti mon bébé mourir...

Ma vie est devenue un enfer depuis que j'ai commis l'irréparable. Rien ne remplace la perte d'un enfant. C'est le vide. De plus ma décision a été égoïste car je prive ma fille d'un petit frère où d'une petite sœur. Des moments de bonheur brisés à jamais. Mon couple a volé en éclat. Et aujourd'hui je tente de me reconstruire seule avec ma fille.

C'est une souffrance, un fardeau que je porte chaque jour.

Ne faite pas comme moi ! Un œuf, un embryon, un "amas de cellules" reste avant tout notre bébé, notre enfant.

A l'hôpital rien n'est fait pour nous en dissuader...Notre futur bébé n'est qu'un "objet" vivant et l'on décide pour lui SA VIE ou SA MORT! C'est horrible ! Si ma mère (ou la votre) avait procédé de la même manière que moi, si elle m'avait tué étant embryon, je ne serais pas là et vous non plus...

Type de témoignage: