Toutes les infos sur l'IVG dont vous avez besoin : médicales, psychologiques, juridiques ou sociales.

laya, ivg medicamenteuse


ivg

Laya. Besoin d’aide, je n’arrive pas à avancer. Ça fait 5 ans maintenant, j’ai eu une IVG médicamenteuse. Je revenais de mon premier voyage à l’étranger. J’ai fait toutes les démarches seule, en tenant au courant le garçon (que j’avais rencontré dans la même ville que moi avant mon départ) de mes rendez-vous. Pour moi c’était très étrange de savoir qu’il y avait quelque chose qui se passait dans mon ventre. L’après-avortement est dur mais juste avant c’est très particulier. Je n’osais même pas regarder mon ventre. Je me souviens d’une nuit où je l’ai touché, je me suis imaginé ce que serait le futur si je le gardais. En fait cette période génère beaucoup d’inconfort. C’est un mélange de stress, de peur, de gène de doutes. On se projette un peu mais on sait que c’est en vain. C’est une grande  frustration. J’en avais parlé à une copine qui a accepté de m’accompagner le jour là. Lui est venu aussi ce matin là (de retour en France, il avait rejoint une copine dans un autre pays quand moi je suis revenue chez moi et que j’allais aux rendez-vous). Cet avortement me travaille beaucoup. Dès que j’ai su que j’étais enceinte, j’ai su que je ne le garderais pas. Il n’avait pas de situation, on n’était pas en couple même si moi je l’aimais de mon côté. Et le plus chaotique dans cette histoire c’est que quelques temps plus tard nos amis communs ont commencé à se rendre compte que lui et ma « copine » qui était dans un autre pays s’étaient mis ensemble dans cet autre pays. Je l’ai appris et ça m’a fait très mal. Je me suis sentie trahie. Ça a été horrible. Il était au courant. J’ai été soufflée, je suis restée deux mois dans mon lit à me poser 1 milliard de questions. Et je crois que c’était tellement fort que je n’ai pas pu faire le travail émotionnel autour de cet IVG. Je me sens aujourd’hui comme encore bloquée dans ce passé. Si tout ça ne s’était pas passé comme ça, aujourd’hui j'aurais pu avancer. C’est comme si mon corps n’avait pas pu « digérer » tout ça. Ça fait beaucoup. J’aimerais savoir si d’autres femmes ont ressenti aussi les conséquences sur le long terme, cette impression d’être restée dans le passé, que le temps s’est arrêté. Merci

Mots clés: 
Type de témoignage: