Toutes les infos sur l'IVG dont vous avez besoin : médicales, psychologiques, juridiques ou sociales.

Clemence 18 ans


Je fais ce témoignage pour les femmes qui sont dans le même cas que moi. Je m’appelle Clémence. J ai 18 ans et il y a un peu d’un mois de cela, j’ai appris que j’étais enceinte de 6 semaines. Quand j’ai appris cela, j étais paniquée. J’ai tout de suite voulut l’enlever surtout que mon copain n’en voulait surtout pas ! Soi-disant parce que c’était « trop tôt ». J’ai pris rendez-vous chez ma gynéco.  Elle m'a dit que je pouvais l’enlever par méthode médicamenteuse et j’ai eu une semaine de réflexion. Je commençais fortement à penser de le garder mais je pensais que cela n'était pas possible car je vis encore chez mes parents. Et mon copain, je ne le vois pas souvent. En plus de ca, il y avait mes études. Mais voilà, je commençais à sentir ce petit être en moi ... je me sentais faible, je vomissais tous les jours, je ne mangeais plus et j’étais très influençable. 

Lors de la prise de cachet afin de le faire partir, j’ai beaucoup hésité, mais je l’ai fait. Depuis je me sens vidée. Je n’ai plus envie de rien. Ce petit être me manque beaucoup. Je m’en veux tellement, je ressens le besoin de me faire du mal parce que je me sens coupable. J’ai même pensé au suicide ! Cela parait fou.  Surtout que je suis une personne qui a déjà vécu beaucoup de chose dans sa vie. Mais je n’accepte pas d’avoir fait ça. Cela me ronge profondément. je n’ai plus l’envie d’avancer. Je ressens un gros manque. Je ne dors plus et quand j’essais, je fais des cauchemars. Je n’arrive pluss à regarder un bébé (que cela soit en vrai ou à la télé). Je veux juste dire aux filles qu’avant d’avorter, il faut bien réfléchir ! Surtout, si au fond de soi-même, on le souhaite. Il faut se battre pour ne pas perdre ce qui pourrait être votre joie de vivre. Je tiens aussi à remercier Florence conseillère d’Ivg.net qui m’a beaucoup écouté et aidé.

Clémence.

 

 

Type de témoignage: