Toutes les infos sur l'IVG dont vous avez besoin : médicales, psychologiques, juridiques ou sociales.

L'avortement aujourd'hui


Pédiatrie et IVG

Le Docteur Labarthe, pédiatre, a étudié le syndrome post-IVG et particulièrement ses conséquences sur la fratrie en interrogeant les mères des enfants en consultation dans le cabinet médical qui faisaient des colères ou crise de nerfs… En présence d’enfants présentant des troubles du comportement, il a été amené à poser des questions à la maman sur les circonstances de la grossesse. Il a ainsi recueilli des données sur une période de dix ans. Il a ainsi remarqué que quand la mère avait fait un avortement, il y avait des risques d’anorexie chez les autres enfants (18 % contre 4 %). Il a également fait l’expérience de demander aux enfants de dessiner leur famille, pendant qu’il parlait avec la maman. Car si les enfants ne peuvent pas verbaliser leurs souffrances, il n’en est pas de même dans leurs dessins. Ils s’expriment d’une autre façon. Les dessins révèlent donc des choses insoupçonnées. Le Docteur Labarthe a remarqué que les enfants représentaient l’enfant non né par un rond barré ou par un personnage non fini. Enfin il arrive que, quand l’enfant est au courant de l’avortement, il le transforme par un cœur ou un soleil. En illustration nous avons mis un exemple de ces dessins...

Enquête dans les hôpitaux

Le nombre d’avortements ne cesse de croître en France, mais quel est l’impact psychologique de l’avortement auprès de toutes les personnes impliquées dans cette pratique ?

Pendant plusieurs mois, Sabine Faivre a mené une enquête au sein de l’hôpital ; elle a observé de façon « neutre » et écouté les personnes, de l’assistante sociale au médecin, des femmes et des couples concernés aux conseillers conjugaux et aux équipes d’infirmiers ; elle a ainsi retranscrit la réalité vécue aujourd’hui par chacun des acteurs(1).

Des acteurs isolés

Chacun est le maillon isolé d’une chaîne, sur laquelle il a souvent le sentiment de n’avoir aucune prise, et qui peut le contraindre à des choix qui transgressent sa liberté de conscience ; chacun tente aussi de se protéger à la mesure de ses moyens, le plus souvent en se blindant derrière un mur de silence et de mensonge pour ne pas reconnaître l’échec de la loi sur l’IVG. A tous les niveaux, les témoignages sont souvent poignants et si beaucoup de personnes ont le sentiment de bien faire, l’atmosphère générale qui règne est celle d’un lieu où le désespoir et la mort ont finalement le dernier mot ; certains médecins avouent « nous, on croit servir, alors qu’on enfonce », « l’IVG, ça peut bousiller complètement une femme (…) mais on n’a pas le choix »…

Quel accompagnement ?

L’enquête menée par Sabine Faivre montre surtout l’immense solitude et le manque d’information des femmes qui avortent : vouloir dissuader une femme d’avorter, ne serait-ce qu’en présentant les alternatives à l’avortement, les aides possibles… c’est courir le risque de tomber sous le coup d’une poursuite judiciaire. Si tout le monde sait intimement que « l’après IVG » sera douloureux, l’assistante sociale qui se risquerait à aborder le sujet, dans un but d’information, pourrait être accusée d’avoir voulu dissuader la femme, alors que ce défaut d’information est pourtant une entrave à la liberté de choisir. « Une femme enceinte en détresse qui hésite, c’est un peu comme un grain de sable risquant de gripper l’engrenage ; dans ces conditions, il vaut mieux ne pas perdre trop de temps », raconte une assistante sociale. Depuis que la loi a inscrit le délit d’entrave à l’IVG dans le code pénal, les acteurs sociaux savent qu’ils n’ont pas le droit d’intervenir. L’auteur raconte la souffrance de mineures qui ont avorté sous la contrainte et la pression de leur famille ou d’un tiers, alors qu’elles désiraient garder leur enfant. Depuis que l’incitation à l’avortement n’est plus un délit condamnable, comment ne pas voir une "incitation" a l'IVG lorsqu’il s’agit d’une personne vulnérable et dépendante ?

Mensonges et tabou

A tous les niveaux, on rencontre des mensonges :
- mensonge sur les raisons : les femmes avancent l’argument économique pour ne pas reconnaître qu’elles sont incapables de gérer leur sexualité et leur fécondité ;
- mensonge sur la réalité de l’acte : certaines équipes préfèrent l’IVG chirurgicale parce qu’elles voient la femme partir au bloc et revenir presque dans le même état ; elles n’ont rien vu, rien entendu, cela leur permet de gommer l’événement. « Les femmes qui vivent l’IVG sous RU 486 le vivent encore plus mal, parce qu’elles assistent à leur avortement en direct ; elles récupèrent elles-mêmes les débris de l’avortement » ;
- mensonge sur les conséquences : la souffrance liée à l’avortement est taboue, elle n’est pas reconnue dans notre société. Pourtant, les femmes qui consultent pour un suivi post-IVG savent que pour parvenir à dépasser leur souffrance et à se reconstruire, il leur faudra apprendre à nommer l’enfant perdu.

En résumé

L’IVG est vécue comme un drame totalement isolé : isolé en amont des alternatives qui pourraient permettre de l’éviter, et isolé en aval des propositions d’écoute et d’accompagnement qui pourraient permettre de le soigner. Tel qu’il est conçu, le dispositif ressemble à une sorte d’entonnoir dans lequel les individus n’ont d’autre choix que s’y engouffrer. Tous reconnaissent que l’échec contraceptif mène à coup sûr vers l’avortement. Devant l’urgence à agir, la solution ne serait-elle pas dans l’éducation à une sexualité responsable qui aurait l’avantage d’être au service des hommes, dont on parle peu, autant que des femmes ?

1. La vérité sur l’avortement aujourd’hui, Sabine Faivre, ed. Téqui, 2006