Toutes les infos sur l'IVG dont vous avez besoin : médicales, psychologiques, juridiques ou sociales.

Être libre c’est choisir : quid de la liberté de choisir l’IVG ?


liberté de choisir l’IVG

Quelle question paradoxale sur l’IVG qui est, en France, le grand symbole de la libération de la femme ? La liberté de choisir l’IVG existe t-elle ? Mon corps, mon choix… l’IVG est devenu le symbole du pouvoir ultime de la lutte entre l’homme et la femme. Lutte dans laquelle la femme a toujours le dernier mot. L’homme qui désirerait voir se réaliser son désir de paternité, accueillir l’enfant prévu ou non n’a pas son mot à dire. Seule la femme peut exercer cette liberté de choix puisque la grossesse impacte son corps uniquement. Ainsi est faite la loi en France sur l’IVG.  

La liberté de choisir l’IVG

Pourtant face à l’IVG trop de femmes estiment ne pas avoir le choix. Leur situation de couple, la pression familiale ou sociale, les difficultés matérielles font que la femme se sent poussée vers l’IVG sans que jamais rien ne lui soit proposé pour résoudre la détresse dans laquelle elle est. La liberté de choisir l’IVG est réduite à néant. Trop souvent l’IVG au lieu d’être un choix est un non-choix.

Combien de femmes en souffrance nous disent

  • « je ne pouvais pas faire autrement »
  • « je n’avais pas d’autre solution »
  • « ma raison me dit de pratiquer l’IVG alors que mon cœur voudrait garder ce bébé ».

Combien de fois les conseillères n’ont-elles pas eu en face d’elles des femmes qui ne voyaient en l’IVG que la seule et unique option pour ne pas empirer leur situation, à défaut de résoudre leur problème :

  • Lâcheté du conjoint face à une grossesse inattendue, chantage fréquent au départ, par peur de la solitude et de la responsabilité : seule solution l’IVG
  • Relations de couple toxiques où la grossesse apparait à la femme comme un lien insupportable avec l’homme déséquilibré qui utiliserait cette voie pour amplifier son influence : seule solution l’IVG.
  • Enfants déjà placés, vécu comme un déchirement, où la femme pense qu’il vaut mieux avorter pour avoir une chance de récupérer les ainés placés : seule solution l’IVG
  • Milieux sociaux ou religieux très intransigeants où la menace d’une mise à la porte ne laisse entrevoir aucune autre issue que l’IVG secrète, cachée sans personne sur qui s’appuyer : seule solution l’IVG

Comment remettre la femme face à sa liberté de choisir l'IVG ?

Autant de situations que d’appels, autant de détresses que de femmes. Face à ces situations où l’IVG est ressentie comme une obligation, comment remettre la femme face à sa liberté, à un véritable choix ? Que faire face à de telles situations, à de tels drames ?

Plusieurs possibilités toutes tournées vers la liberté de la femme :

  • Ecouter déjà pour que la femme se sente moins seule, et bénéficie d’un vrai délai de réflexion face à l’IVG, qu’elle prenne du recul face à sa situation parfois dramatique.
  • Lui permettre en s’exprimant de mieux analyser sa situation et situer le nœud de la difficulté qu’elle rencontre.
  • Ensuite la rejoindre dans sa situation précise pour voir avec elle quelles solutions elle pourrait LIBREMENT trouver : l’orienter éventuellement vers les professionnels qui pourraient l’aider (médecins, juristes, psychologues, thérapeutes de couples), vers des associations d’aide pour les femmes enceintes (capables de fournir matériel, soutien, accompagnement), vers les services sociaux, l’informer sur ses droits, les aides qui peuvent exister dans sa situation…
  • Lui rappeler toujours qu’elle est LIBRE, libre de son choix, libre de faire face à sa situation, libre de faire le choix d’aller avorter…
  • Ouvrir à la femme en détresse des portes pour qu’elle puisse réellement choisir celle qu’elle veut, en toute LIBERTÉ.