Toutes les infos sur l'IVG dont vous avez besoin : médicales, psychologiques, juridiques ou sociales.

les conséquences de l' IVG sur la santé psychologique de la femme


consequences de l' IVG

Les conséquences de l' IVG sur la santé psychologique de la femme.

 

Une récente étude publiée en 2017 dans le Journal of American Physicians and Surgeons s’intéresse aux « conséquences personnelles vécues par les femmes suites à un avortement ». Les réponses de 987 femmes à deux questions synthétiques ont été collectées et analysées. Les auteurs constatent que « les réponses (…) ne reflètent pas les théories féministes actuelles » :

Interrogées sur le « changement positif principal » intervenu suite à l’avortement,

  • près d’un tiers (243) expriment « n’avoir pu retirer aucun bénéfice personnel ».
  • Un second tiers (245) estime pouvoir désormais « apporter une aide concrète aux femmes en situation de détresse avant ou après un avortement ».
  • pour 49 autres femmes, elles parlent de leur implication dans des mouvements de défense de la vie. Mais pour « la plupart », « ces implications positives n’ont émergé qu’après des années voir des décennies de détresse psychologique ».

 

La seconde question portait sur l’ « effet négatif principal de l’avortement » :

  • 187 femmes ressentent surtout la « perte d’un enfant »
  • 114 sont tombées en dépression sévère
  • 110 femmes ont principalement éprouvé une grande culpabilité,
  • 98 éprouvent de la haine ou de la colère vis-à-vis d’elles-mêmes,
  • 86 éprouvent de la honte  et 73 surtout du regret
  • 71 femmes ont succombé à une addiction à la drogue ou l’alcool
  • 61 ont adopté des comportements autodestructeurs
  • 60 femmes ont souffert d’un manque d’estime de soi,
  • 56 d’anxiété 
  • et 49 de « pensées suicidaires ».

Ces femmes décrivent leur avortement comme « un moment pivot, un basculement dans leur estime d’elle-même, leur personnalité et leurs relations ». Si la majorité dit avoir assumé son choix, 73,8% d’entre elles ont toutefois mentionné avoir subis des « pressions extérieures » et 66% ont ajouté « savoir qu’elles commettaient une erreur ».

Pour les auteurs de l’étude, la question de « l’influence des services d’avortements facilement accessibles » devrait être réexaminée pour tenir plus compte du  bien-être émotionnel des femmes.

Ils concluent :

« En tant que société qui donne priorité à la liberté et au choix, nous avons l’obligation éthique d’offrir les structures sociales nécessaires pour rendre le choix à la maternité aussi facile que le recours à l’avortement ».