Toutes les infos sur l'IVG dont vous avez besoin : médicales, psychologiques, juridiques ou sociales.

violence conjugale

Violences conjugales et IVG


Aujourd'hui, en France, une femme meurt tous les 2,5 jours des suites de violences conjugales. C’est un véritable problème de société qui n’est pas assez rapporté par les médias. Le gouvernement semble prendre en compte l’importance du problème avec quelques initiatives encore timides. La violence conjugale fait peur et souvent on préfère ne pas en parler. Les femmes qui en sont victime éprouvent comme un sentiment de honte et n’osent pas en parler. Les médias qui se taisent se rendent complices en quelque sorte de cette "loi du silence".

Lydie 22ans, 2 bébés gardés


En 2010, j'apprends ma grossesse aux urgences après avoir fait une hémorragie suite à un décollement du placenta. J'avais tout juste 18 ans. Envers et contre tous, j'ai décidé de le garder avec le papa malgré toutes les pressions que j'ai eu pour avorter. Je n’ai aucun regret même si à l'anniversaire de mon 1er nous nous sommes séparés. En 2013, j'apprends que je suis à nouveau enceinte (sous pilule...) de mon nouveau conjoint ... mais la violence conjugale s'était invitée et je savais qu'avec lui, je n'irai pas loin. A 8 mois de grossesse, je le quitte pour de bon. J'ai hésité à accoucher sous X jusqu'au jour de l’accouchement où on a posé sur moi ma seconde merveille. Je suis maman de 2 enfants, j'ai 22 ans et je suis seule. Pourtant je n'ai jamais regretté d'avoir accompli tout cela seule jusqu'à aujourd'hui. Comme quoi, dans n'importe quelle situation, rien n’est égale à la naissance de son enfant. Il n'y a rien de plus beau même si cela n'est pas toujours facile. Mes enfants sont toute ma vie et ils ne sont pas malheureux, bien au contraire !