Toutes les infos sur l'IVG dont vous avez besoin : médicales, psychologiques, juridiques ou sociales.

ivg adolescente

Melanie 20 ans- IVG à 17 ans -


 
Je suis tombée par hasard sur ce site www.ivg.net , mais je dois dire que ce n'est  pas une coïncidenceEn effet, j'ai eu recours à une IVG  médicamenteuse il y a 2 ans et demi de cela. Alors oui j'étais jeune, (17 ans) et  peut-être que je ne savais pas très bien ce que je faisais à ce  moment-là. Mais quand on est jeune, on a peur, et on est surtout  influençable. Toujours est-il qu'à l'heure d'aujourd'hui, je ne sais pas si  je le referais. Je ne sais pas si je revivrais cette épreuve.
 
Ma situation a beaucoup évoluée depuis, je suis toujours avec la même  personne avec qui je suis tombée enceinte, nous sommes tous les deux  étudiants à l'Université en deuxième année, en ayant à côté chacun un  job étudiant, et allons emménager ensemble l'année prochaine. Autant vous   dire que nous avons grandi et muri. A l'époque on était encore au lycée,  en pleines révisions pour le BAC. 
 
Bref, cela s'est passé à l'été 2011, et je n'oublierai jamais cette   journée, j'ai été très entourée et « soutenue » par les personnes   concernées. D'autres, par contre, auraient dû en faire partie comme mes parents...Mais si cela avait été le cas, je pense que la relation avec mes parents aurait été  vite expédiée : j'aurais été virée de chez moi. Je regrette oui, et non, ce geste, car étant jeune c'était la solution à prendre, et d'un autre côté il n'y a pas un seul jour sans que je ne pense « à toi, mon petit bébé ».
Si tu savais comme   je suis désolée,
C'était mieux pour tous,
Mais au fond de moi, je sais que  je ne serai plus jamais la même qu'avant.
Mon petit bébé je me demande  souvent à quoi tu aurais ressemblé.
Tu me manques mon petit bébé, 
Pardonne-moi,
Pardonne-moi de t'avoir pris la vie...
Physiquement, cela a été atroce,
et psychologiquement cela l'est d'autant  plus qu'on y repense sans cesse...
Ce fût affreux à vivre, et pourtant je  suis rentrée dans cette chambre d'hôpital avec toi, et j’en suis ressortie avec un  certain soulagement… 
Je t'aime mon petit bébé,
je t'aimerai toujours.   
 
Melanie