Toutes les infos sur l'IVG dont vous avez besoin : médicales, psychologiques, juridiques ou sociales.

conjoint violent

Violences conjugales et IVG


Aujourd'hui, en France, une femme meurt tous les 2,5 jours des suites de violences conjugales. C’est un véritable problème de société qui n’est pas assez rapporté par les médias. Le gouvernement semble prendre en compte l’importance du problème avec quelques initiatives encore timides. La violence conjugale fait peur et souvent on préfère ne pas en parler. Les femmes qui en sont victime éprouvent comme un sentiment de honte et n’osent pas en parler. Les médias qui se taisent se rendent complices en quelque sorte de cette "loi du silence".

Ingrid 32 ans, ivg il y a 6 ans


Ingrid 32 ans. J’ai eu un moment très dur à passer avec mon ex avec qui j'ai eu ma princesse qui a 8 ans actuellement. Il y a 6 ans, je suis tombée à nouveau enceinte de mon ex. Mais  il m'a insulté plus bas terre et  il m'a fait avorter. Cela a été très dur pour moi. Pire que tout ! Il est revenu vers moi et j avait du mal à lui pardonner. Mais je me suis donc remis avec lui. Donc on a voulu faire un bb 6 mois après. Et des que je suis retombée enceinte, il a péter un câble il m'a jetée comme un bout de chiffon. Il m'a dit de partir le plus vite possible. J’ai voulu  garder le bébé mais avec tout le stress que j'ai eu, il était mort en moi à presque 4 mois de grossesse. C’était un garçon ! Ils m’ont fait un curetage. J’ai beaucoup souffert. J’ai reconstruit ma vie tout doucement seule avec ma fille et j'ai retrouvé un amour avec un autre homme qui n'a pas d'enfant. On essaye mais cela va faire 3 ans et toujours pas de bébé. Je pense que c’est à cause de mon ivg car depuis rien n’est comme avant. Je vous dis : «ne vous faites jamais avorter ! C’est une souffrance que vous ne pouvez pas imaginer ! Que cela soit physique ou mentalement ». C’est trop dur ! Les dates, on ne les oubliera jamais ! Je n'ai eu personne de ma famille qui m’a encouragé à garder le bébé et mon ex famille m’a rabaissée au plus bas. Je n'ai eu que quelques amies qui ont été affectueuses  avec moi et je peux leur dire un grand merci. Voilà !