Toutes les infos sur l'IVG dont vous avez besoin : médicales, psychologiques, juridiques ou sociales.

Florence 21 ans, ivg a 19 ans


J'ai moi aussi vécu un ivg en octobre 2012. Quand j'ai su que j'étais enceinte, j'ai souri, puis pleuré, puis souri de nouveau et encore pleuré... Souri car j'attendais un bébé de l'homme que j'aimais, pleuré car j'allais avoir tout juste 19 ans et que je savais que lui n'en voulait pas. Un soir après une petite dispute, je me suis mise à pleurer et ma mère m'a demandé ce qu'il se passait. Je lui ai dit et elle a fait venir mon copain. Ses premiers mots ont été : « demain, on prend rdv chez le médecin pour savoir comment on s'en débarrasse ».

J'ai prié le ciel pour que le gyneco nous dise que c'était trop tard, que les 3 mois était dépassés... mais non.

3 jours après mes 19 ans, je rentrai à l'hôpital car il ne voulait pas changer d'avis et moi j'avais peur de le perdre si je ne le faisais pas. Le rdv était à 8h ma mère est venue avec moi, lui devait nous rejoindre devant l’hôpital. Je n'arrêtais pas de pleurer. Et a 9h30 il n'était toujours pas la. Je me suis dit que c'était qu'un connard, je le faisais pour lui et il n'était même pas capable d'être là... il est arrivé a 10h30 la bouche en cœur. Au moment de partir au bloc, il regardait un film sur son ordi portable ! c'est ma mère qui lui a dit de me prendre dans ses bras en fermant son ordi. La descente au bloc était horrible je voulais me lever et partir vite et loin mais impossible de bouger. Ils ont du me faire une double anesthésie générale car je ne voulais pas dormir.

Quand j'ai repris conscience, j'ai espéré un instant que tout cela n'était qu'un cauchemar.... ça fait maintenant 1 an et 5 mois que ça c'est passé et je pleure encore tous les soirs. Je suis comme détruite. Quand à lui j'espère qu'une chose c'est qu'il souffre autant que moi j'ai pu souffrir...

 

Florence 21 ans, ivg à 19 ans

 

 

Type de témoignage: