Soutenez-nous :

ivg par médicament

Je m'appelle miguelle , j'ai 22 ans... je suis tombée enceinte le  5 mars dernier. Je ne pouvais pas croire que j'étais enceinte. Quand j'ai vu  que je n'avais pas mes règles, J'en rigolais et j'étais en séjour d'une  semaine chez ma sœur qui a tout de suite eu des doutes. Elle m'a dit de  faire un test qui s'est avéré positif. Moi j'en croyais pas je n'ai pas  réagit et elle sa première réaction a été : " tu ne vas pas le garder  j’espère, tu ne feras pas ce malheur". Mon copain était super content car  ça fait bientôt 5 ans qu'on est ensemble et nous nous sommes pacsés. Nous avions prévu de nous marier l'été prochain. Le problème c'est que je suis   étudiante en master et il me reste 1 année avant de finir et ma mère m'a   toujours dit et répété qu'elle compte énormément sur moi vu que ma   grande sœur l'a trop déçue et qu’elle voudrait que je sois « sa fille modèle, respectueuse, qui se marie et termine ses études avant d'avoir des gosses... » Et ma sœur se retrouve avec son fils sans papa et galère car  elle a fait trop de choses mal et a « déshonoré  la famille ». De plus, je suis toujours étudiante et j'ai un petit revenu et   mon copain et moi sommes tous les 2 en alternance mais il me rassurait en me  disait qu'on allait s'en sortir avec l’aide de ses parents et qu'il   travaillera bientôt etc. Bref mon copain ne voulait pas que j'avorte  mais  m'a quand même soutenu quand je me suis lancée. J’ai pris les premiers  comprimés le 10 avril et dès le lendemain j'ai ressentit comme un vide. Ça  s'est empiré le 12 avril a la 2nde prise où j'ai eu terriblement mal, j'ai passé mes soirées à pleurer et à culpabiliser. J’ai commencé à en  vouloir à ma mère pour toute cette pression, à ma sœur pour m'avoir directement orienté vers cette solution qui pour elle était évidente. j'en veux a mon copain de ne pas avoir fait tout son possible pour m'en empêcher même s’il en a fait vraiment beaucoup, aux infirmières du   planning familial pour avoir banalisé cet acte (je suis arrivée pour un   rdv le vendredi 8 et ils m'ont donné rdv pour la première prise le dimanche 10 en m'indiquant que « ca sera rapide »).... j'en parle souvent avec mon copain et on a même donné à ce  "bébé" un nom symbolique pour nous. Mais je n’arrête pas de penser que je suis toujours enceinte même si j'ai déjà  fait 3 échographies post ivg + prise de sang. Je n'arrive pas à me dire que   « ca y est je l'ai tué ». Je me sens vraiment révoltée surtout du manque d'importance que le corps  médical donne à cet acte horrible. Voila, je voulais simplement dire à quelqu'un d'autre ce que j'ai sur mon cœur. Je vais continuer à essayer d'oublier. Merci de m'avoir lu