ivg medicamenteuse

Je m’appelle Hawa. J’ai 32 ans et suis maman d’un garçon de 11 ans que j’aime si fort même si il y a 11 ans, je suis tombée enceinte par "accident".  Je ne connaissais rien de la contraception a l’époque, d’origine africaine et de confession musulmane, ce sujet est tabou à la maison.  Séparée du père de mon fils 3 mois après sa venue au monde, mon fils m’a permis de m’accrocher à la vie et de me relever. Si aujourd'hui, je suis là à vous parler, c’est grâce à lui ...

En 2008, je rencontre mon nouveau compagnon (qui ne l’est plus), je suis bien avec lui, je l’aime. Il m’aime. On est heureux.  On ne parle pas encore de bébé car lui est prof et il ne fait que des remplacements quand il y en a.  Il n’a pas de boulot fixe et moi pas de Cdi. En 2011, la cata, je tombe enceinte. Enfin la « cata », je me comprends, car je savais très bien qu'il allait mal réagir ...cela n’a pas loupé.  Je n’oublierai jamais les phrases qu'il m’a dites pour me faire réagir et me convaincre d’avorter car moi je m’y opposais catégoriquement ... " soit c’est moi, soit c’est lui "" est ce que tu t’es demandée si je voulais que tu sois la mère de mes enfants ?" "Si tu le gardes, je pars et je ne reviens pas "  Ces phrases résonnent encore dans ma tête ......Au final, j’ai avorté. Le plus dur, c’était de voir mon fils (ou ma fille..) à l’écho, le moment le plus pénible de ma vie. 4 ans après,  je reste traumatisée par cette épreuve ... Ne laissez personne vous dicter ce que vous avez à faire !  Je vous en supplie ! Les regrets et les remords sont terribles .Il n y a pas un jour où je pense à mon bébé. Et tous les ans au mois de novembre (date de l’accouchement si tout avait été si simple) je pense encore à lui ou à elle. C’est bizarre mais pour moi ce bébé fait parti de moi, de ma vie, je ne l’aime pas comme mon fils, mais je l’aime quand même ! Prenez soin de vous mes perles. Je vous embrasse.