ivg medicamenteuse

Je m'appelle Mélanie et j’ai 19 ans. Mon histoire est une  épreuve difficile. Au mois d'avril, je suis tombée enceinte par accident sous pilule. On m’a forcé à faire cette IVG car je n'avais pas de ressources personnelles, j'ai subi le harcèlement de mes proches.  Même si mon copain avec qui je suis  depuis 4 ans avait un salaire,  tout le monde me disait que ce n'était pas  suffisant ! Donc j'ai cédé, je suis allée  chez ma gynécologue et j'ai pris  des médicaments pour l'IVG. Ce fut le moment le plus terrible de ma vie ! A ce moment même je passais mes  examens et sur ma chaise je me suis vidé de mon sang, j’ai perdu beaucoup de  caillots et j’ai vu mon petit bébé tomber. Totalement détruite, quelques jours  plus tard, je me suis rendu chez ma gynécologue pour une visite de contrôle  post IVG .  Et là,  j'apprends qu'on m'avait caché que j'attendais des jumeaux. Elle m'avait donné le double de médicaments sans rien me dire ! Ce qui m'a  causé plusieurs hémorragies, une visite aux urgences et qu'il restait encore  un bébé !
Je me suis rendu aux urgences.  Je n'ai plus voulu passer à l'aspiration mais on m’a dit qu’il y avait des risques pour mon bébé suite aux médicaments. Donc j'ai cédé et j'ai fait une autre IVG par aspiration qui m'a valût une hospitalisation de quelques jours car j'avais beaucoup trop de risques de complications.

Après cet avortement, je suis rentrée chez moi détruite, anéantie et suite  aux demandes de mes proches qui ont insistés pour faire une visite de contrôle, je suis  retournée chez ma gynécologue.  Elle m'apprend que j'ai une infection grave  dans l'utérus qui me le ronge petit à petit car le bloc ne devait pas être  totalement stérile. C'était la goutte d'eau qui à fait déborder le vase,  car j'ai perdu deux bébés et à ce jour je n'ai plus beaucoup de chance d'en  avoir. Vous devez deviner la suite : tentative de suicide par médicaments,  puis grosse dépression, hospitalisation en psychiatrie et je suis toujours  sous cachets et en visite chez des psys ! Je suis toujours traumatisée. Je n'ai qu'une chose à vous dire, beaucoup sont contraintes d’avorter par leurs proches mais   personne ne comprend notre douleur ! Donc allez jusqu'au bout ! Si vous ne  voulez pas avorter ne le faites pas car c'est votre vie qui en dépend après. Bon courage à toutes !  Je veux bien correspondre avec vous (vous pouvez avoir mon adresse email en contactant le site ivg.net)  pour en parler tout simplement.