Soutenez-nous :

ecoute adolescente

J'ai eu une enfance compliqué avec un père qui boit. En juin, il se suicide. J’en suis très fragilisée. Juillet, je sort  avec un garçon. J'avais à peine 14ans. Tout se passe bien puis plus les mois passent, plus il m'interdit  dès choses. Cela commence par ne plus parler avec mes copains, puis les copines,  plus se maquiller. Pour aller en cours plus de jupes, short et robe. Plus  se coiffer, juste un chignon  vite fait. Plus le droit de sortir de chez lui, pas le droit de parler à sa famille alors que "j'habite" chez eux. Je  décide de faire ma première fois par peur qu'il s'en aille. Première fois  protégée, mais j'ai honte de moi. Honte d'avoir fait ca a mon si jeune âge. Je  me sens salie vraiment. Je ne le referais plus c'est fini. Le mois passe, je n'ai pas mes règles. Je m’inquiète. Je telephone à mon médecin qui me dit  que c'est le choc émotionnel et qu’elles vont revenir. Je continue ma vie de  soumise mais le ventre se durcit et je ne prends pas un  gramme. Je fais à peine 45kilos. Un soir des douleurs me prennent, j'ai  le ventre dur comme de la pierre. J’attends le matin et ma mère m'amène à  l'hôpital. J’apprends que je suis enceinte mais de 7 mois ! Lui  était heureux mais moi non. J’avais 15 ans et je ne me rendais pas  compte que j'allais devenir maman. Quelques semaines après, je donne naissance à un  petit garçon mais je ne réalise toujours pas pour moi.  Il allait venir et  tout allait redevenir "comme avant" Mais en qq semaines,  je me rends bien compte  que je suis maman. Aux 6 mois de mon fils, le "papa" part. J’ai vécu le pire mais aussi le meilleur avec mon fils et c’est la meilleure chose qu'il  me soit arrivé. j'ai refait ma vie un peu plus tard. Donc c'est mon copain qui l'élève avec moi et tout se passe bien. On essaye de lui donner une petite sœur ou un petit frère car pour mon copain c'est très dur de m’avoir que cet enfant qu'il élève et aime mais qui n'est pas le sien..Même si  je n’ai pas la vie d’une fille de presque18 ans, même si je suis critiquée, aujourd’hui, j'aime cet enfant comme je ne pourrais jamais aimer personne d'autre. Il m'a fait  grandir, il m'a fait devenir une mère. Il m'a fait devenir une personne forte  et les épaules solides pour toujours l'amener au plus haut. Mon petit bout  va avoir 3 ans. Il va rentrer à l'école. Il commence à bien parler et me  mène la vie dure avec son sale caractère. Mais ce petit être, il a mon  sang qui coule dans ses veines. Il a mes traits de visage. Il est ma vie. Je ne  verrais plus sans lui. Mon fils est la meilleure chose qu'il me soit arrivée et  je ne regrette en rien de l'avoir appris aussi tard car j'aurais fait certainement la plus grosse erreur de ma vie : l'avortement.