Soutenez-nous :

centres ivg

J’ai subit une IVG alors que je ne  le souhaitais pas vraiment. Beaucoup de raisons qui seraient trop longues à  écrire m'ont conduite à être tentée d’y recourir. Je regrette beaucoup. J'ai fait une  hyperémnèse gravidique (fortes nausées et vomissements en début de grossesse) qui m'a beaucoup affaiblie. Je suis en dépression  depuis plus de 10 ans et je venais d'arrêter mon traitement afin d'avoir ce  bébé. J'étais à 11 semaines d’aménorrhée ce qui est très important,  car lorsque j'ai eu la maladresse de dire au médecin que j'envisageais une  IVG, il m'a fait signer des feuilles (je n'ai pas mis de date, ni rien  d'autres, juste signé) et m'a donné 2 médicaments (on était lundi  25/01/16) un à prendre mercredi 27 (il m'a précisé qu'il n'avait pas le  droit que je devais le prendre devant 1 médecin, mais bon il me l'a donné  à prendre seule à la maison) et un autre par voie vaginale le vendredi  29/01 ... jour de l'intervention. Pour conclure, je n'ai pas eu un délai de réflexion (encore en vigueur dans la loi). Il a choisi alors que je n'étais qu'à 11 SA de  précipiter une IVG. Comme je l'ai écrit au début, je ne le souhaitais pas,  mais quand le mercredi j'ai du prendre le médicament après à peine 3 jours, je me suis retrouvée seule et perdue. Le vendredi, je n'ai  pas vu le gynéco, ni avant ni après, personne ne m'a adressé la parole et  je n'ai pas pu demander si le médicament que j'avais pris avait une  incidence sur le bébé si je changeais d'avis. Je pleure beaucoup, je  regrette d'avoir tué mon bébé car j'étais dans un état de doute et j'etais seule avec un autre enfant, j'ai pris peur. Mais ce médecin a choisi  pour moi en ne me laissant pas le temps de réfléchir à cette décision qui  engageait plusieurs vies dont celle qu'il m'a retirée. Je ne sais plus quoi  faire ! je suis si malheureuse. Je suis suivie pour ma dépression mais que  faire face à la colère que j'éprouve contre ce médecin ?
 
note du site : la loi supprimant le delai de reflexion est entrée en vigeur le 27 janvier 2016. voir ici l'article sur les conséquenses du non respect du délai de  reflexion. 
 
*** d'autres témoignages sur notre page Facebook