Toutes les infos sur l'IVG dont vous avez besoin : médicales, psychologiques, juridiques ou sociales.

adolescente enceinte

Laura 20 ans harcelée par le planning , ivg il y a 2 ans


Pression pour l'IVG . Cela fait 2 ans et 2 mois que j'ai pratiqué une IVG. Un jour, j'ai du arrêter la pilule pendant une semaine

Anais 20 ans, ivg a 17 ans


Il y a 3 ans je suis tombée enceinte à 17 ans. Le rapport qui a conduit à cette grossesse n'était pas vraiment désiré pour ma part. Avant même d'avoir fait la prise de sang, je savais déjà que le test serait positif, je commençais déjà à "le sentir" en moi. Lorsque le "père" l'a appris, il m'a menacé de mort si j'essayais de le garder. Il m'a forcé à faire croire à ma mère qu'on était ensemble depuis plusieurs mois et dire que c'était "juste un accident". On a pris rendez vous avec la gynécologue du planning familial qui a été juste horrible avec moi. Elle m'a envoyé dans la foulée voir la psy et m'a demandé un rendez vous 2 jours plus tard pour la 1 ère prise pour l'ivg médicamenteuse, et j'ai été hospitalisée 2 jours plus tard pour expulser l'embryon. Ce jour là, ce fut une douleur atroce aussi bien physiquement que psychologiquement. La gynécologue qui m'a suivi pour l'avortement en plus d'avoir été vraiment pas sympa, n'a pas respectée le délai de réflexion de 7 jours et ne m'en a même pas parlé alors qu'il n'y avait pas d'urgence ! J'étais à seulement 5 semaines et demi d’aménorrhée. Je n'ai pas eu le temps de réfléchir à savoir s'il serait possible pour moi de garder cet enfant. J'ai très mal vécu cette ivg et j'en souffre encore aujourd'hui, je m'en veux tellement d'avoir ôté la vie à ce petit être qui commençait à grandir en moi. Chaque jour, je regrette cet acte. Si seulement on m'avait laissé le temps d'y réfléchir ma décision aurait peut être été différente. Aujourd'hui, j'ai peur d'avoir gâché ma seule chance d'avoir un enfant un jour ...

Daisy 20 ans


 

 

Je suis tombée enceinte à 20 ans et mon copain de l'époque voulait que j'avorte. A l'époque, j'étais étudiante et je n'avais que de peu de moyens et beaucoup m'on dit que de « garder cet enfant serait une erreur », que « cela gâcherait ma vie » (bref ce que l'on dit à toutes les filles qui tombent enceinte sans situation...).Je me souviens d'avoir demandé  à mon médecin une lettre pour avorter...d'être entrée à la maternité (par ce que l’on donne la mort là où aussi on donne la vie -> paradoxe) et de voir la ligne verte qui menait au service obstétrique et à la maternité et la ligne noire qui menait à l'hôpital de jour où on pouvait avorter. J'ai pris le premier rdv pour l’IVG et franchement,  je suis sortie en me disant « JAMAIS je ne pourrai faire ça ». Que cela était trop atroce !
Je n'ai pas donné suite à l’iVG, mais à ma grossesse j'ai dit un grand OUI !!!
Je suis maman d'un petit garçon de 2 ans et demi ! Et quand à ma situation professionnelle...Je serai titulaire d'un poste de conseillère à l'emploi dans une semaine et ceci en ayant arrêté mes études universitaires. Voilà ! Un enfant ce n'est que du bonheur !!!! Quand au père biologique, il n'a pas su supporter sa paternité et nous a quitté mais ça c'est une autre histoire...Mon fils est épanoui comme tous les autres garçons aujourd'hui et c'est le principal !

Samia 18 ans, j'ai découvert que j'étais enceinte


Je m'appelle Samia et j'ai 18 ans. Ma vie a changé le 20 septembre 2011 quand j'ai découvert que j'étais enceinte.
Aujourd'hui encore, à quelques jours de l'anniversaire de conception de mon bébé, la douleur me fait monter les larmes aux yeux et me tord le cœur.